Café n°6 : Présentation d’un outil de communication alternative basé sur une approche syllabique

Mercredi 26 octobre 16h-17h

animé par Pierre Géhant

Intervenant : Pierre Géhant, Instituteur d’État Recruté à Mayotte puis Professeur des Écoles, j’ai surtout enseigné en milieu non francophone où j’utilisais des étiquettes mobiles de gestes Borel Maisonny avant de découvrir Ecrilu de Jacques Delacour. J’ai ensuite enseigné deux ans en IME auprès d’enfants non-verbaux.

Je propose un outil de communication qui ne se destinerait pas qu’aux sourds ou aux autistes non-verbaux. Le Syllabaire s’adresse à tous les enfants, puisque, par sa manipulation (kinesthésique), il modélise de manière visuo-spatiale les chemins d’accès aux syllabes. C’est aussi une façon de travailler les bases de la lecture.

Bien qu’une de mes élèves autistes non-verbale ait été équipée d’une tablette numérique où elle pointait des pictogrammes pour s’exprimer, j’ai été moi-même très handicapé et il m’était difficile de lui offrir des modèles de langage. Il faut certes pouvoir s’exprimer mais encore faut-il, pour se socialiser, avoir des communicants avec qui échanger.

A l’instar de la Langue des Signes, les pratiques de Communication Alternative et Augmentée (CAA) sont spécifiques à quelques rares micro environnements. Ces particularismes ne permettent pas la pleine participation sociale entre tous de façon tout à fait indépendante du handicap. Sans rien renier aux bénéfices ponctuels que ces outils apportent, pourrions-nous encore mieux faire ? Comment permettre à tous de pouvoir communiquer indépendamment du handicap ?

En premier lieu, le déficit communicationnel ne devrait plus être imputé à un seul des deux partenaires ! Il ne s’agit plus, désormais, d’équiper les seuls individus qui sont considérés « déficitaires »  mais il s’agit, à présent, d’équiper tout un chacun de façon à permettre à n’importe quel individu de comprendre et de se faire comprendre de tous les autres dans une modalité accessible à tous. A l’heure de la sobriété énergétique, cela doit être supporté par un niveau technologique aussi simple et rudimentaire que celui qui avait prévalu lors de l’invention de l’alphabet.

Le Syllabaire, que je propose, serait un pont entre les lecteurs débutants à 3 ans et les enfants non-verbaux ou sourds. Alors qu’ils apprendraient les rudiments pré-alphabétique de la lecture, les élèves ordinaires seraient ainsi tous initiés, dès la maternelle, à un outil de Communication Assistée et Augmentée. Ce surcroît de communicants permettrait aux enfants les plus entravés de bénéficier d’un bain de langage adapté afin de soutenir leur développement socio-cognitif. Ils nourriraient des interactions sociales sans machine et seraient alors sur un même pied d’égalité que tous les autres.

La consistance orthographique de la syllabe éviterait aussi à tous les autres enfants de devoir déconstruire, en CP et CE1, les apprentissages qu’ils ont reçus en maternelle. Renoncer à commencer la lecture à partir des lettres, c’est renoncer à l’opacité orthographique. En effet, la diminution du temps d’étude du “code” libérera des créneaux en CP-CE1. Le gain de temps scolaire en début d’élémentaire devrait consécutivement permettre de travailler d’autres dimensions du français. La mise en place du Syllabaire, en début de maternelle, devrait avoir des effets indirects et positifs sur le niveau des élèves en compréhension en classe de troisième.

L’alphabet resterait emblématique du CP mais lui adjoindre un “petit frère” très en amont du CP, permettrait de déplacer les représentations liées au handicap, et ce déplacement se ferait finalement au profit de tous les élèves.

Discussion pendant le séminaire :

Pour pouvoir prolonger cette discussion, rendez-vous sur le forum dans le fil de discussion dédié.

HeureParticipantTexte
16:00:52françoise.vouillotBonjour,
16:01:10françoise.vouillotje vous vois mais pour le moment je n’arrive pas à vous entendre !
16:01:21Sylvain CoulangeAh mince !
16:01:39Sylvain Coulangepeut-être un paramétrage à faire au niveau du son ?
16:01:45Sylvain Coulangeen bas à gauche
16:03:54claire gouletBonjour ! Claire Goulet – Spécialiste en éducation inclusive – INSPE de Strasbourg
16:04:16Justine DELEBARREBonjour à toutes et tous ! Justine Delebarre, A.T.E.R. au Lidilem en didactique du FLES.
16:04:31RitaBonjour, je suis Rita Marquez, enseignante spécialisée. Je travaille en Suisse.
16:04:35claire gouletMerci de penser à enregistrer pour ma collègue intéressée. Claire
16:04:43Sylvain Coulangehttps://alem.hypotheses.org/907
16:04:46Alexandre DOAlexandre DO,
16:05:04Alexandre DOAlexandre DO, enseignant spécialisé 1er degré
16:05:07Mathilde Suc-MellaBonjour Je suis enseignante de formation, aujourd’hui formatrice en CAA.
16:05:11Elodie THIERCELINBonjour à tous, Elodie Thiercelin, coordonnatrice de parcours complexes à l’Institut des Jeunes Sourds de Bourg la Reine. Enseignante spécialisée CAPEJS de formation et référente en surdicécité
16:05:20Alexia OstrolenkBonjour, Alexia Ostrolenk. Je fais de la recherche sur l’acquisition de la lecture et du langage en autisme à Montréal, Canada.
16:05:34Laetitia ChabertBonjour, Je suis Laetitia Chabert, Personne Ressource en autisme, formatrice.
16:07:23Brendan GeerBonjour, Brendan Geer, enseignant de FLE/ALE/TLE, et je fais de la recherche sur la confiance en langue étrangère. 🙂
16:08:26Clémence GACHIGNARDBonjour, désolée pour le retard.
16:12:38françoise.vouillotproblème de sons, j’essaie de résoudre et je reviens…
16:19:33françoise.vouillotça y st ! j’entends !
16:20:01françoise.vouillotFrançoise, orthophoniste à Besançon, auprès d’enfants sourds
16:22:40Laetitia ChabertEst-ce que pour les apprenants non oralisants, le “clavier” prononce les sons, afin qu’ils les mémorisent petit à petit ?
16:27:48Laetitia ChabertMa question c’est peuvent s’entrainer seuls ?
16:28:45Alexandre DOA ce stade, Pierre présente surtout une idée. Les réalisations pratiques n’existent pas encore.
16:29:26Laetitia ChabertOk; c’est juste que beaucoup de personnes TSA apprennent de manière répétitives et empirique
16:30:38Mathilde Suc-MellaPourquoi ne pas avoir mis d’indices visuels sur chaque syllabe ? La seule planification motrice va-t-elle suffire à des profils variés dans le handicap
16:35:11Mathilde Suc-MellaPas toujours, Il y a aussi des codes pictographiques avec une planification motrice et un nombre limité de clic pour dire les mots (voir minspeak)
16:37:05Laetitia ChabertBien sur
16:39:09Brendan GeerPierre, vous avez parlé de “babyage” ? Ou peut-être que j’ai mal compris. C’est quoi exactement ?
16:40:50Sylvain Coulangebabillage : c’est une simplification de la structure des syllabes, comme un jeune enfant qui prononce en simplifiant les mots
16:41:12Sylvain Coulangedésolé pour cette définition grossière…
16:42:56Brendan GeerAhhh babillage ! Merci, j’avais mal entendu, merci 🙂
16:43:40Sylvain Coulange😉
16:44:37Mathilde Suc-MellaL’indice pourrait être arbitraire
16:55:59Alexandre DOA partir du moment où on rentre dans le champ du handicap, l’ergonomie d’utilisation est primordiale. Nous avons cette ouverture dans les objectifs d’ALeM mais pas forcément les compétences. Les interventions comme celle d’Alexia permettrait de rendre ces besoins plus explicites.
17:03:15françoise.vouillotPourra-t-on revoir cette séquence sur le forum (j’ai raté le début !)?
17:03:28Sylvain Coulangepierre.gehant@gmx.fr
17:04:47ValetteMerci beaucoup. Très intéressant.
17:05:19Sylvain Coulangehttps://alem.hypotheses.org/907
17:05:42Laetitia ChabertMerci bcp à vous pour cet outil et les échanges “augmentatifs” 😉
17:05:46claire gouletMerci. C’était très intéressant. Je vais faire un retour écrit à Pierre.
17:05:58françoise.vouillotMerci à tous !
17:06:00Brendan GeerMerci, j’ai beaucoup appris ! Excellent !
17:06:12Elodie THIERCELINMerci à tous
17:06:40RitaMerci pour la présentation de cette nouveauté. A reflechir


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search