série : Apprentissage de l’écrit en Français Langue Maternelle (FLM)

Qu’est-ce que l’Humanité a eu besoin d’inventer : la lecture ou l’écriture ?

Faut-il apprendre à écrire ou apprendre à lire en premier ?

Il a existé dans l’histoire plusieurs courants qui ont prôné une approche par l’écriture. Cependant, on peut se demander :

  • Comment dépasser l’écriture inventée qui risque de figer une orthographe erronée ?
  • Comment enseigner de manière explicite les relations phonie-graphie propres à chaque mot sans enfermer les élèves dans une progression figée ? 
  • Quelle relation entre la conscience phonologique et l’apprentissage de la lecture ? Mais est-ce que vous lisez avec vos oreilles ?

Entre ceux qui veulent donner la priorité à l’accès au sens et ceux qui veulent donner la priorité à l’accès au code, il existe une autre voie qui pourrait permettre de réconcilier tout le monde. Apprendre à orthographier du sens pour apprendre à lire.

Pour répondre à ces questions et découvrir cette autre voie, le groupe ALeM, issu du séminaire des pédagogies multimodales, s’est lancé dans une série de visio-conférences d’une heure (les “cafés d’ALeM”) qui permettront à différents acteurs de montrer les outils et approches qu’ils utilisent. 

Le premier café ALeM de cette série a été consacré à l’approche Ecrilu de Jacques Delacour

D’autres cafés suivront afin de découvrir l’Opération “Enthousiasme Orthographique” animé par Marc Boudot, puis de faire un retour vers l’approche originelle de C. Gattegno, La Lecture en Couleurs©, qui sera présentée par l’association “Une Education Pour Demain” avant de conclure cette série par une discussion sur les apports d’ALeM, à la fois pour l’apprentissage de la langue écrite en français langue maternelle, mais aussi pour l’apprentissage des langues étrangères.

NB : Afin d’illustrer le fait qu’en français, le décodage n’est pas équivalent au codage, voici une adaptation du Fidel de Gattegno dans laquelle les mêmes graphies sont classées dans l’ordre alphabétique, en conservant l’organisation des sons voyelles en haut et des sons consonnes en bas. Le nombre de couleurs représentant les sons dans une même case montre la complexité du français, dans ce Fidel pour lire :

Alors que si on classe les graphies par phonème, on obtient un répertoire beaucoup mieux organisé, comme la répartition des couleurs le montre :     

On peut constater que le français est particulièrement compliqué (comme peut l’être l’anglais) contrairement à l’espagnol ou à l’italien



Citer ce billet
DO Alexandre (2023, 17 septembre). série : Apprentissage de l’écrit en Français Langue Maternelle (FLM). Apprentissage des langues et multimodalité (ALeM). Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ayds

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search