Compte-rendu du café sur Ecrilu

Questions et interventions des participants :

A partir de la 38ème minute, les échanges n’ont pas spécialement permis de visualiser l’approche. Aussi, nous n’en avons pas dégagé de capsules vidéos suffisamment illustratives.

Vous trouverez ici la vidéo complète des échanges.

Ci-dessous, un résumé qui retracent le contenu de la fin des échanges.

38’00’’ à 44’10’’ : Marc Boudot intervient pour parler de l’opération “enthousiasme orthographique” dont nous avons déjà parlé sur notre blog. Il sera invité à un prochain café à la rentrée 2023 pour nous présenter ce projet. La discussion a tourné autour de la recherche…, de l’aide aux élèves en difficultés,  de la frustration de faire connaitre ce qui, sur le terrain, parait évident quand on le teste…

Dans le chat, Robert Jeannard a écrit : D’autres enseignants et chercheurs ont préconisé de commencer par l’encodage: Paul Le Bohec (du mouvement Freinet) et Jacques Fijalkow (référence ajoutée par la rédaction). 

44’10’’ jusqu’à la fin : questions des participants dans le chat ou en direct : 

  • dans le chat : quelles étapes ? → réponse de Céline : Il passe par l’encodage orthographique et la lecture arrive ; on apprend à écrire et ils apprennent à lire ; on les fait entrer directement dans la lecture au stade orthographique (voie directe) au lieu de rentrer par la voie indirecte d’apprentissage du son des lettres, de syllabes puis de mots et de phrases.
  • est-ce que ça marche avec les enfants dyslexiques ? → réponses de Céline et de Jacques : oui ; Céline ne travaille plus qu’avec ce public, en tout cas étiqueté comme tel ; Marc Boudot fait les mêmes constat et fait une remarque sur la vraie dyslexie (1,5% seulement), les autres sont souvent dysorthographie.
  • Jean Francescon : témoignage pour dire que Ecrilu marche avec des migrants maliens non scolarisés auparavant ; Jacques confirme aussi une expérience avec des illettrés marocain à Besançon.
  • intervention d’Estelle Chastrusse pour repréciser que le précurseur de ce travail est bien Gattegno et que ce qui a été décrit sur la Lecture en Couleurs n’est pas complétement juste par rapport à ce qui se fait. Un prochain café ALeM pourra être consacré à la Lecture en Couleurs.
  • Jacques : “ Il y a eu la bataille des méthodes de lecture. Il y aura la bataille des méthodes d’écriture”. “Il est préférable de commencer par coder pour apprendre à décoder”. Exemple, dans le livre orange du MEN, avec “iso” (cf article sur le blog Tilékol qui reprend un texte de Jacques Delacour).
  • Alexandre Do : les praticiens font tous des adaptations en fonction de leur public mais plus de ressemblances que de différences ; comment faire pour que la science s’intéresse à tout ça ainsi qu’à la multi-sensorialité. Importance de lier sens – son – orthographe ; Travail de pré-lecture avec du codage phono ; Est-ce que vous vous souciez de travailler la conscience phono ou bien est-ce en utilisant l’outil, que la conscience phono se développe en parallèle ? → réponse oui, bien sûr sans autres développements (cf l’article complet de réflexion cité plus haut https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01623137 qui pose la question et ouvre vers une proposition de passage par la syllabe ; Cette même chercheuse a co-publié un autre article intéressant Bosse, M-L., Boggio, C., & Pobel-Burtin, C. (2019). Enseigner le code alphabétique au CP : quelles données scientifiques pour quelles recommandations pédagogiques ? A.N.A.E., 160, 415-421 : il y est question d’un passage par le phonème plutôt que par le graphème)
  • Pierre Géhant : question pour mettre en commun nos résultats / éval nationales
  • discussion Céline, Marc : comment unir nos forces, faire du lien recherche-terrain-(entreprise de l’économie sociale et solidaire), chercheurs (Catach, Ouzoulias, Fayol, …)
  • dans le chat : “comment faire avec une classe de 25 élèves si ce sont les enfants qui doivent proposer les mots ?” → réponse de Céline : c’est tout à fait possible et les élèves sont motivés.
  • Alexandre DO : expérience en CLIS école : outil  de différenciation très puissant. Regarder un lecteur expert en train de lire, ça n’apprend pas à lire. Mais regarder quelqu’un coder orthographiquement des mots avec un outils comme l’Ecritoire ou le Fidel rend explicite des fonctionnements de la langue, avec une entrée phonémique grâce à l’archigraphème en haut des cases puis le choix de la bonne graphie tout ça lié à un sens. L’explicitation se fait par le matériel et sa manipulation guidée par le maitre si nécessaire plutôt que par des règles de décodage qui vont être contredites par la suite et peuvent bloquer des élèves intelligents et logiques qui vont rentrer en situation d’illettrisme. 


Citer ce billet
DO Alexandre (2023, 30 août). Compte-rendu du café sur Ecrilu. Apprentissage des langues et multimodalité (ALeM). Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aydp

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search