Compte-rendu du café sur Ecrilu

L’Ecritoire :

Dans cette première vidéo, Jacques Delacour utilise les notions de “phonèmes”, “graphèmes” et “graphies”. Il précise qu’il ne faut pas confondre graphie et graphème puisque une même graphie peut coder différents graphèmes.

ndlr : Le phonème est une abstraction qui rassemble dans une même catégorie plusieurs réalisations d’un son qui phonétiquement peuvent différer sur le plan acoustique.

De même, le graphème est une abstraction qui rassemble dans une même catégorie plusieurs graphies qui peuvent différer sur le plan orthographique.

ndlr : Certains chercheurs montrent que la conscience phonémique n’existe pas chez les analphabètes. Ce n’est qu’avec l’apprentissage du Lire-Écrire dans une langue alphabétique qu’elle se développe. Les phonèmes, surtout consonantiques et encore plus les consonnes occlusives ont besoin d’une matérialisation pour pouvoir devenir un concept, une abstraction.

Pour une étude complète de cette question, lire Bosse M.-L., & Zagar D. (2015). « La conscience phonémique en maternelle : état des connaissances et proposition d’évolution des pratiques pédagogiques actuelles ». ANAE, 139(27), p. 573-582. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01623137

Jacques précise qu’il y 550 écritures des 35 phonèmes. Il y a seulement 35 phonèmes et 35 graphèmes. Céline explique les variations possibles en fonction des accents régionaux.

Voici un aperçu d’un document qui explicite les choix de l’organisation de l’Ecritoire de J. Delacour :

Suite des activités pour un mot :

En une phrase, J. Delacour précise la suite d’activités à mener pour passer du codage phono-orthographique à la mise en mémoire lexicale du mot :

  • On travaille phonème après phonème : on pointe les mots, 
  • on les écrit de 2 façons, en bicolore, en noir et blanc, et puis, 
  • petit à petit, on les reconnait puis 
  • on les lit.

C. Sauvageot reprécise la suite d’activités à mener :

  • l’élève doit dire le mot, s’entendre le prononcer 
  • pointage : l’élève encode orthographiquement le mot avec la bonne orthographe dès le premier pointage (ndlr avec guidage du maitre si nécessaire)
  • l’élève doit reconnaitre ce mot au-milieu d’autres mots
  • l’élève doit le relire en bicolore ou en NB si il est un peu plus aguerri.

ndlr : pour compléter ces propos, J. Delacour nous a précisé par mail les étapes du travail de codage orthographique :

“Il est difficile de rendre compte des diverses modalités permettant de proposer à l’élève de s’apprendre à écrire (et pas à lire au début). On peut simplifier ainsi :

  • Un enfant propose un énoncé oral dans lequel le mot prend son sens.
  • Cet enfant code orthographiquement le mot, par pointage, en désignant tour à tour sur l’écritoire les graphies successives du mot, phonème après phonème. Ensuite, 
  • Le professeur(e) écrit le mot en bicolore et en noir et blanc
  • Lecture de ce mot
  • exercices de reconnaissance du mot parmi des distracteurs,  
  • Tous les élèves pointent sur l’écritoire collectif depuis leur place ou sur l’écritoire personnel. Le pointage peut être aussi réalisé visuellement (déplacement du regard).  
  • Reprise du pointage si nécessaire pour aider à la relecture et à la reconnaissance.

Plusieurs modalités de travail collectif à caractère individuel sont également proposées. Par exemple un travail en binôme : chacun dispose d’une liste de mots déjà étudiés (compris, pointés). Chacun leur tour, un lit un mot de sa fiche et l’autre le pointe. Ainsi il y a lecture et écriture tour à tour par chaque élève.”

ndlr : Pierre Géhant, propose une reformulation de ces étapes au regard de l’enseignement explicite :

Le “je” dans cette reformulation désigne l’enseignant.

A\ Contextualisation

1) j’écoute un élève tandis qu’il communique
2) je lui demande lequel des mots, parmi ceux de la phrase, est important à écrire
3) il en choisi un, et puisque j’ai compris son message, je connais l’orthographe

B\ Modelage

4) je mets un coup de projecteur sur la graphie qui transcrit le premier son,
5) je pointe ensuite la graphie qui transcrit le deuxième son, et ainsi de suite, pour chacune des graphies des phonèmes de la chaîne orale.

C\ Appropriation du modèle

6) l’élève code orthographiquement le mot, par pointage, en désignant tour à tour, les graphies successives, phonème par phonème, jusqu’au dernier de la chaîne orale
7) un autre élève segmente la chaîne orale via une diction ph-o-n-è-me après ph-o-n-è-me, ce à quoi je réponds par une écriture en bicolore
8) tous les élèves ayant assisté à la scène recopient
9) les cahiers contiennent maintenant un mot de plus.

D\ Réinvestissement

10) j’écris plusieurs mots. je demande aux élèves de reconnaitre le mot. il est possible qu’ils le confondent avec d’autres mot. je vérifie ainsi que ce n’est pas le cas. Je m’assurent qu’il savent reconnaitre un mot parmis des distracteurs.
11) utilisation en situation de lecture de petits textes
12) si besoin, je reprends le pointage-succesif-des-graphies-de-tous-les-ph-o-n-è-mes-constitutifs-de-la-chaîne-orale-servante-du-sens-sémantique, ou j’écris en bicolore. Parfois cela peut aider un élève qui bute sur le décodage, mais au bout de trois ou quatre pointage-successif-des-graphies-de-tous-les-ph-o-n-èmes-constitutifs-de-la-chaîne-orale-servante-du-sens-sémantique, ils y parviennent généralement tout seuls.

Ils n’ont plus besoin d’aide pour lire ce mot. Cette progression décrit tout ce qu’il se passe dans ma classe, en deux minutes. 

Il n’y a pas de changement de procédure lorsqu’il s’agit d’un mot irrégulier.



Citer ce billet
DO Alexandre (2023, 30 août). Compte-rendu du café sur Ecrilu. Apprentissage des langues et multimodalité (ALeM). Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aydp

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search