Café n°7: Apprendre à lire avec ÉCRILU

Mercredi 28 juin 2023 – 16h-17h

Animé par Céline Sauvageot et Jacques Delacour

Voici le lien vers le compte-rendu de ce café : https://alem.hypotheses.org/1391

Jacques Delacour a commencé à réfléchir à l’apprentissage de la lecture lorsqu’il a eu la charge d’un CP au début des années 70. Il s’est orienté vers la Lecture en Couleurs de Caleb Gattegno (voir l’article paru dans la revue de l’INRP en 2002). Il nous expliquera pourquoi, par la suite, il a choisi d’enlever les couleurs et pourquoi le nom de l’approche de C. Gattegno pour le français langue maternelle est fâcheux sur le plan pédagogique. En effet, Jacques Delacour ne cesse d’écrire pour affirmer que pour apprendre à lire, il faut commencer dès le début par apprendre à écrire du sens en codant orthographiquement les mots avec un outil qui rende claires les correspondances phonies-graphies propres à ce mot. Il a ainsi mis au point l’approche Ecrilu et met à disposition des enseignants une grande quantité d’outils et d’activités (cf. site Ecrilu).

L’outil principal, “l’écritoire”, est un répertoire phono-graphémique, à l’instar du “Fidel” de Gattegno mais en noir et blanc. Tout en restant en accord avec les instructions officielles recommandant des approches phoniques, nos intervenants nous proposeront un renversement complet de la démarche couramment utilisée.

Céline Sauvageot, enseignante, a mené une recherche autour de l’approche Ecrilu qu’elle a présentée lors du Printemps de la recherche en éducation en 2019. Elle s’occupe maintenant de remédiation individuelle en utilisant différents outils multimodaux et multisensoriels.

Vous pourrez également lire des témoignages d’enseignants sur le blog Tilekol et vous trouverez toutes les infos sur le site Ecrilu de Jacques Delacour.

Voici également le lien de la vidéo de présentation de la recherche de Céline Sauvageot ainsi que le document support et le poster doctorant du Printemps de la recherche en éducation 2019. Elle a désormais ouvert un cabinet de déblocage scolaire, Elodys.

Cubes phonographiques de “batimot” et de la pédagogie afférente

Mise en matière :

Pourquoi nos enfants n’apprennent pas bien à lire ?

Le constat est double :

1. Les résultats aux diverses évaluations, nationales ou internationales, confirment la faiblesse de nos enfants en lecture du CP à la sixième.

2. On cherche des responsabilités, voire des responsables : la difficulté de la langue, l’opacité orthographique, l’approche globale, l’approche mixte, la dyslexie, le non-respect des consignes ministérielles, l’absence du sens, le manque de formation des maîtres, etc.

On place l’enfant directement devant des mots à lire. Et on lui fournit des approximations censées conduire à la lecture, du type “a” se décode /a/.

Ce faisant on met la charrue avant les bœufs. En français, aucune lettre n’a la prétention de représenter systématiquement un son unique puisque c’est le codage qui lui affecte sa valeur représentative.

Commençons par coder les mots, nous saurons nécessairement les lire.

Si je code le mot «aquarium», j’apprends que pour ce mot le son /kwa/ est codé avec “qua” (donc “qua” se décode /kwa/), le son /ɔ/ est codé avec “u”, donc “u” se décode /ɔ/. La lecture est donc bien /akwaʁjɔm/ même si les deux “u” ne codent pas les mêmes sons !

En commençant par coder les mots, il n’y a aucune ambiguïté de lecture.

Ce qui n’est pas le cas lorsqu’on commence par décoder.

Comment lire directement “a” dans les mots : mare, maire, manche, mauve, équateur, football, rayer, speaker, etc. ?

Il faudra bien se plier aux exigences du codage initial, et sans pour autant en avoir pris connaissance. Si “a” se décode /e/ dans rayer, c’est parce qu’on a commencé par coder «rayer».

Devant la multiplicité des décodages directs possibles, effectués sans connaissance du sens général codé (on décode graphie après graphie sans connaissance du sens), l’élève est perdu. Il ne va finalement lire que lorsqu’il reconnaîtra le mot plutôt qu’il ne le décodera. Belle réussite pour ceux qui pourfendent la méthode globale !

En clair, le décodeur marche dans le brouillard, optant pour un des décodages possibles, incapable de choisir avec certitude la bonne découpe graphémique. En voyant “manteau” faut-il décoder ma – nt- ea – u ou man – te – au ? L’accès au sens est lourdement compromis.

Le codeur entend le sens «manteau», code les 4 phonèmes entendus avec m-an-t-eau et sait que manteau représente «manteau» dont il connaît bien le sens du départ à la fin de l’action. Il comprend comment on entre en communication écrite en participant à son installation.

Le décodage sans codage complique la lecture puisqu’il n’est jamais certain de la valeur sonore des lettres. Comment décoder “i” ? Comme dans lit, lait, lin, soleil, peintre, etc. ?

Face au codage qui fournit à la fois, l’écriture orthographique d’un sens connu, la valeur sonore des graphies représentant les phonèmes du mot, leur empan, le décodage direct est un jeu de la chance et du hasard. Le sens est absent au départ, les découpes graphémiques sont inconnues, leurs valeurs sonores plurielles incertaines puisque potentiellement diverses.

Conclusion :

Il faut commencer par coder les mots, s’appuyer sur l’algèbre du langage, et apprendre à reconnaître les mots pour apprendre rapidement à lire.

En essayant de décoder directement on va dans le mur depuis des siècles. Il ne peut pas y avoir de lecture indépendante du codage puisque c’est lui qui installe les lettres et leurs valeurs sonores.

Si on commence par coder «gageure» avec “gageure” on ne peut faire d’erreur de lecture de gageure.

En codant «tête de buche» avec “Teste de Buche” on ne peut pas lire /tɛst də byʃ/, ce qu’ont décodé des journalistes en début de reportage (les locaux on fait corriger!).

Commencer par coder assure la lecture, rend le travail d’accès à la lecture facile et aisé. Sans compter le gain orthographique qui devient une aide à l’accès au sens lorsqu’on voit mer, maire, mère.

Il faut résolument abandonner le béaba et commencer par apprendre à écrire les mots, par les coder. La lecture s’installe alors très vite.



Citer ce billet
Sylvain Coulange (2023, 15 juin). Café n°7: Apprendre à lire avec ÉCRILU. Apprentissage des langues et multimodalité (ALeM). Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aydo

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. DO Alexandre dit :

    Le CR contenant la vidéo complète est accessible sur cette page https://alem.hypotheses.org/1391 ou bien encore ici https://lidilem.univ-grenoble-alpes.fr/evenements/activites-collectives/pedagogies-multimodales

  2. Pelleau dit :

    Bonjour,
    j’ai raté le zoom. Y aura-t’il un replay?

    • Alexandre DO dit :

      Nous sommes en train de réaliser un montage car il y a eu de nombreux incidents techniques. Nous ferons un article avec des passages du café et des vidéos d’illustration des propos.
      C’est un long travail mais ça devrait sortir dans l’été.

  1. 27/06/2023

    […] Café n°7: Apprendre à lire avec ÉCRILU […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search